fbpx

Mon arrière-grand-mère Gabrielle aurait ri… et applaudi

En cette saison où les ombres parlent et les vivants écoutent, posez-vous et imaginez: chaque bocal de légumes lacto-fermentés comme une étincelle de rébellion, un défi lancé à la malbouffe industrielle, un hymne à l’autonomie, à l’écologie, à la santé.

Devant la décadence culinaire de notre époque, je me prends à penser à mon arrière-grand-mère, Gabrielle, avec son sourire malicieux. Et en ce premier novembre, c’est comme une lettre que j’ai souhaité lui envoyer.

En particulier, j’ai eu envie de lui parler de ma « cuisine de résilience », cette étoile dans la nuit qui pointe vers une alimentation consciente, insoumise et vibrante.

À l’évocation de cette idée, je vois déjà Gabrielle, souriante et insolente, me rappelant avec un rictus : « Les traditions, ma chère, ne sont pas pour les timides. » Revenir aux racines, c’est résister. C’est défier le présent avec les armes du passé.

Gabrielle, avec sa verve impertinente, aurait embrassé avec fougue la lacto-fermentation. Elle aurait vu dans cette technique ancienne non seulement une forme de résistance, mais aussi une révolution gustative et écologique.

« Tu veux sauver la planète tout en chatouillant tes papilles? Alors fermentons, ma belle! » Car oui, fermenter c’est réduire son empreinte carbone tout en faisant exploser les saveurs.

Et pour ceux qui osent prétendre que c’est une mode, que c’est complexe ou encore risqué, Gabrielle aurait gloussé : « Peur de quelques bactéries? Oh, chérie, la vie est trop courte pour manger des mets ennuyeux ! »

Chaque bocal devient alors une aventure. Un défi. Un voyage audacieux à travers les saveurs et les traditions.

Et c’est là que Gabrielle m’aurait soufflé à l’oreille, avec un clin d’œil espiègle :
… « Ton ventre te remerciera.
Les aliments fermentés? Une fête pour ton microbiote. »
… « Pourquoi acheter quand on peut créer? Résiste, persiste, et fermentes! »
… « La créativité? Le dernier refuge des audacieux. Ose. Mixe. Surprends-toi. »

Vous vous sentez intrépide? Alors, plongez avec moi, sur les traces de Gabrielle!

Suivez-moi dans ce voyage révolutionnaire.

Sceptiques, perplexe, ou ne sachant pas par quel bout commencer?

Je propose un atelier en ligne, où nous pourrons, telle une bande d’insurgés culinaires, partager, apprendre et provoquer:

>>> inscris-toi ici

Et puis, cet atelier en ligne est juste un premier petit pas.
La suite, c’est un programme de 4 semaines… mais… une chose à la fois !

Dans tous les cas, je suis impatiente de vous voir défier le conformisme, sous l’œil amusé de mon ancêtre Gabrielle.

Share:

Facebook
Email
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières

On Key

Related Posts

Une tarte en préparation, à la rhubarbe et aux fleurs de sureau noir.

Sureau et Rhubarbe: un mariage de contrastes

Chronique radio du 19.05.2024 Les fleurs de sureau noir, avec leur saveur de pêche, de lichee, légèrement musquées et doucement sucrées, pourraient-être contrebalancer l’acidité de la rhubarbe? Voici ce que

Retour en haut