Nuit de décembre, nuit d’hiver

Plongé dans l’obscurité du ciel étoilé,
J’embrasse les abysses de la nuit de mon être.
J’accueille le sombre, le vide, l’infini,
Je me fonds dans l’immensité du rien,
Je m’abandonne pour faire partie du grand Tout.

Nourri par le scintillement magique des étoiles éternelles,
Je me régénère à la douce lueur de la Lune.
Jusqu’à l’apparition des premières lueurs de l’aube,
Promesse d’un jour nouveau, d’un nouveau cycle, d’un nouveau Moi,
Je laisse opérer la transformation alchimique de la transition des cycles.

Et dans un ciel qui s’embrase, renaît mon nouveau Moi,
Tel le soleil unique qui éclaire et réchauffe, ma lumière intérieure rejaillit.
Elle réchauffe mon coeur, nourrie par la nuit de mon être et le rien du grand Tout.
Elle rayonne et illumine la vie en moi et autour de moi.

Et je célèbre le vivant, la joie, le bonheur d’être ici et maintenant tel que je suis,
Jusqu’à un nouveau crépuscule, qui je le sais désormais, sera ressourçant et inspirant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page