Comment faire pour ne rien faire?

Nous est-il possible de prendre le temps de ne rien faire?

Voici une journée de pluie qui démarre, invitant au repos après plusieurs jours de travail intense à préparer ce site. Un site qui reste encore imparfait, mais que nous espérons, d’ores et déjà, aussi inspirant que possible.

Le temps d’un café je me plonge en moi pour savoir de quelle manière j’ai envie d’aborder cette nouvelle journée. Après cette période de travail, il est primordial de me reposer, de ne rien faire, de me faire du bien et d’être à mon écoute… Je réalise alors mon incapacité à simplement rester à ne rien faire…

En résumé, si je me respecte et m’écoute, j’ai besoin d’être à la fois actif et à la fois ne rien faire… Sacré dilemme non? Quelle contradiction à première vue…

Je réalise alors que, peut-être, vous aussi rencontrez ce genre de situation et qu’un partage pourrait être source d’inspiration pour vous. Qu’il pourrait vous amener à des réflexions, des idées ou des suggestions que vous aimeriez partager ici, à votre tour, pour en faire profiter d’autres personnes…

Voici donc un premier article dans ce blog; une occasion d’amorcer quelques-unes de mes réflexions à ce sujet. Une première esquisse dont certains points seront détaillés dans de prochains articles.

Au cœur du questionnement sur notre capacité à prendre le temps de ne rien faire est la question du juste équilibre qu’il appartient à chacun de trouver:

  •  Faire / être
Dans un monde de performances et de nombreuses sollicitations, menant parfois à l’épuisement et au surmenage, peu de place est laissée à un temps pour simplement être. Or, être veut-il forcément dire ne pas faire ou ne rien faire? Ne peut-on pas faire des choses de manière ressourçante, c’est à dire en étant en accord avec nous même et à l’écoute de nous-même? Explorons l’option de sortir du mode binaire, nous forçant à soit être, soit faire. Autorisons-nous à explorer le faire en étant ce que nous sommes au plus profond de nous-même.
 
  • Équilibre du corps, du cœur et de l’esprit
 Ainsi, il me semble important d’être à l’écoute à la fois de son cœur, de son corps et de son esprit. D’écouter les besoins de chacun d’eux et d’adapter ses activités en fonction d’eux. Si notre corps est fatigué mais que notre esprit est alerte, alors pourquoi ne pas envisager une activité statique créative, telle que de l’écriture, du bricolage, ou de la peinture? Si, au contraire, l’esprit est fatigué mais que notre corps a besoin de bouger, pourquoi ne pas faire du sport ou une balade contemplative? Besoin d’être dans le cœur? Alors serait-ce le moment idéal pour prendre des nouvelles de vos amis ou les rencontrer?
 
  • Ne pas oublier le vide
 À trop vouloir remplir un vase, il déborde. Le vide et l’espace permettent de mieux mettre en évidence l’essentiel et ce qui est beau… Le vide est donc tout aussi important que le plein. Quelle est sa place dans notre vie et dans nos activités?
 
  • L’ordre de priorité
 Quand on est pris par nos activités, on oublie souvent l’essentiel… Prendre un pas de recule, observer les choses, mettre par écrit la liste de ce qui est à faire et fixer ce qui est réellement prioritaire permet de ne pas se perdre dans des activités secondaires et procrastiner des choses importantes
 
Voici donc déjà quelques pistes de réflexion qui me semblent intéressantes… Pour ma part, rédiger cet article et partager cela avec vous m’a permis de me reposer, me faire plaisir et me ressourcer
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page